Comment se forme un mascaret ?

Publié le par Marie-Christine

Trois conditions sont nécessaires à la naissance et à la propagation de cte vague solitaire suivies d'une dizaine de pépliques baptisées éteules.

1) D'abord, une maré relative puissante soit avec un coefficient d'au moins 100 sur un maximum de 12 bien que parfois un coefficient de 80 soit suffisant voire moins. Par exemple en 2003 du fait de la sécheresse et du très faible niveau d'eau certains ont pu voir de mascarets avec des coefficients de 70. Toutefois le mascaret est d'autant plus impressionnant que la marée est forte. Les marées d'équinoxe sont ainsi les périodes les plus propices pour apprécier le phénomène.

2) Ensuite le débit du fleuve doit être fort, de façon à ce que "la marée soit contrariée par le cours d'eau".

3) Enfin, le niveau d'eau du fleuve doit être relativement bas ce qui est plus fréquent dans le cas d'un estuaire assez large un peu comme un entonnoir.

Dès lors, lorsque la marée, à son plus bas niveau, redevient montante, elle est freinée, comprimée par les flots du fleuve, en sens inverse. D'où un série de heurts et autant de vagues en formation qui se bousculent dans l'entonoir et ça devient un peu comme un "embouteillage " soit le mascaret.

Le relief du fleuve peut également jouer un rôle en renforçant ou atténuant le mascaret. Si par exemple, le lit du cours d'eau se creuse par endroits, le phénomène peut disparaître en ces endroits pour resurgir plus loin. Ce qui explique pourquoi un peu le voir spectaculaire à différents endroits de la rivière en aval et plus loin parfois tout aussi surprenant en amont alors que paradoxalement il devrait perdre en spectaculaire.   

Dans les meilleures conditions réunies, ce train de vagues atteint une hauteur de 3 mètres. En Gironde, on a vu des mascarets haut  de 2 mètres maximum qui remonte les cours d'eau  à une vitesse comprise entre 10/15 et jusqu'à 20 kilomètres par heure. D'où ses horaires de passage qui diffèrent parfois des pronostics établis et evidemment, plus on s'éloigne de l'estuaire, moins la marée est forte et plus le mascaret perd en intensité. Bien que notre spécificité girondine d'estuaire particulièrement allant en se rétrécissant permet une remontée jusqu'à près de 150 km à l'intérieur des terres! 

Commenter cet article